All the World is a Stage ♫ Chap. 1 : ♠ The Vintage Years : 1978 - 2011 ♠

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 2 novembre 2011

** Avertissement - Warning ** Avertissement - Warning **


Le chapitre 1 d'Intensities in Tens Cities - All the World is a Stage ♠ The Vintage Years 1978-2011 se referme ici, en septembre 2011, après avoir couvert les années 1978-2011. Si le chapitre 1 se referme ici, c'est surtout pour mieux continuer au chapitre 2.
Intensities in Tens Cities - All the World is a Stage ♠ Chapter 1 trouve ainsi désormais son prolongement au chapitre 2, sous l'appellation Intensities in 10s Cities - All the World is a Stage ♠ Chapter 2, où nous vous attendons plus nombreux encore...
Long live Rock'n'Roll !
Logo_In_Tens_CIties_avec_url_redimensionne.JPG
The chapter 1 of Intensities in Tens Cities (All the World is a Stage) "The Vintage Years 1978-2011" gets a end right here, on September 2011... and is to be continued at chapter 2.
Intensities-in-tens-cities.eu (All the World is a Stage) still goes on and on under the new name of Intensities-in-10s-cities where we are waiting for you...
Long live Rock'n'Roll !

Gouvy2011.JPG

samedi 3 septembre 2011

Ward'in Rock Festival - 2 & 3 sept. 2011 - Wardin

Wardin_Rock_2011_Tix.JPG
Pour ses 15 ans, le Ward'in Rock s'offre 2 jours et 2 nuits sold out. Aux entrées, tickets-boissons et bars, c'est un vendredi soir un peu Capharnaüm - et sans doute Sodome & Gomorrhe au camping tout aussi sold out. Neuf mille personnes sur l'autoproclamé festival le plus haut de Belgique : belle récompense pour les organisateurs, couronnée par une météo quasi caniculaire. Le Ward'in, c'est avant tout une grande famille de plus de 400 bénévoles - et qui sont devenus par la force des choses des potes qu'on croise chaque année aux mêmes postes. Le Ward'in, c'est une simplicité bon enfant comme à la campagne, c'est une convivialité sans chichi sans manière comme chez les ruraux que nous sommes. Le Ward'in, c'est definitively the place to be sur le Plateau où tout le monde connaît tout le monde, où tout le monde vient pour voir tout le monde. Et, comme dans tout festival qui se respecte, pour marier tous les plaisirs émulsifiants - notamment ceux des substances psycho-actives pouvant amener des exagérations du comportement...
.
Bikinians_Wardin_11_0088.JPG
L'affiche 2011 propose pas moins de 23 noms et est le résultat radiophonique de l’air du temps en jouant la carte de groupes belges à succès tels que notamment SUAREZ, KISS & DRIVE, LEMON STRAW, GREAT MOUNTAIN FIRE et CAMPING SAUVACH (qui n'en ont tous que le nom...).

Lemon_Straw_Wardin_0005.JPG GreatMountainFire_0018.JPG GreatMountainFire_0005.JPG
Suarez_Wardin_2011_0011.JPG
Les pompiers jouent les pyromanes en allumant le feu samedi après-midi au plus chaud de la journée, arrosant la foule au moyen de leurs lances à incendie. Il fait chaud partout, et les organismes souffrent tant sur scène que dans le public. La poussière pénètre tous les pores, et les appareils photos souffrent de tous leurs pixels également. Les musicos dégoulinent, les instruments suintent et le public macère entre scènes, bars, chapiteaux et camping.

Fatals_Picards_2011_0079.JPG Fatals_Picards_2011_0077.JPG Fatals_Picards_2011_0076.JPG Fatals_Picards_2011_0069.JPG Fatals_Picards_2011_0068.JPG Fatals_Picards_2011_0066.JPG Fatals_Picards_2011_0064.JPG Fatals_Picards_2011_0061.JPG Fatals_Picards_2011_0059.JPG Fatals_Picards_2011_0044.JPG Fatals_Picards_2011_0037.JPG Fatals_Picards_2011_0026.JPG

Rock'n'rollement parlant, la palme revient indéniablement aux trublions BIKINIANS qui mettent (enfin) le feu à la plaine en milieu de soirée sur la grande scène, et aux Français déjantés de RADICALS PICARDS qui font préalablement de même sous le chapiteau : assurément les deux plus belles surprises-découvertes de cette édition 2011. Aussi rock'n'roll aux bars backstage que défoliants sur scène, ils remportent également mon prix de la sympathie et de la déconne : bien rigolé, les gars, merci (blurps).

Fatals_Picards_2011_0026.JPG
Fatals_Picards_2011_0024.JPG Fatals_Picards_2011_0013.JPG Fatals_Picards_2011_0011.JPG Fatals_Picards_2011_0005.JPG Fatals_Picards_2011_0003.JPG Fatals_Picards_2011_0084.JPG Fatals_Picards_2011_0083.JPG Bikinians_Wardin_11_0087.JPG Bikinians_Wardin_11_0085.JPG Bikinians_Wardin_11_0083.JPG Bikinians_Wardin_11_0006.JPG Bikinians_Wardin_11_0079.JPG Bikinians_Wardin_11_0075.JPG Bikinians_Wardin_11_0066.JPG Bikinians_Wardin_11_0056.JPG Bikinians_Wardin_11_0042.JPG Bikinians_Wardin_11_0040.JPG Bikinians_Wardin_11_0034.JPG Bikinians_Wardin_11_0027.JPG Wardin_Rock_2011_Tix.JPG Bikinians_Wardin_11_0007.JPG

Dans un tout autre registre, Cédric GERVY. En one-man-show de derrière les fagots, il parvient à chambrer tout un chapiteau et à faire hurler et onduler une foule aussi déjantée et surchauffée que ses textes et musiques : chapeau, l'artiste ! La veille vendredi, ma surprise du soir est la prestation de PUGGY : le trio (qui est aussi belge que moi sénégalais) parvient à délivrer un set quasi rock'n'roll et en tous cas sans commune mesure avec la soupe de ses tubes radiophoniques et autres succès populaires - ces derniers déclenchant l'hystérie dans les 50 premiers rangs 100% féminins dont je tairai l'âge moyen ainsi que le niveau des décibels émis. S'il y a un dentiste dans l'assistance, gros plan sur la dentition :

Puggy_Wardin_2011_0027.JPG
Cedric_Gervy_Wardin_0036.JPG Cedric_Gervy_Wardin_0035.JPG Cedric_Gervy_Wardin_0024.JPG Cedric_Gervy_Wardin_0008.JPG CampingSauvach_2011_0006.JPG CampingSauvach_2011_0001.JPG Puggy_Wardin_2011_0108.JPG Puggy_Wardin_2011_0104.JPG Puggy_Wardin_2011_0096.JPG Puggy_Wardin_2011_0085.JPG Puggy_Wardin_2011_0072.JPG Puggy_Wardin_2011_0061.JPG Puggy_Wardin_2011_0049.JPG Puggy_Wardin_2011_0048.JPG Puggy_Wardin_2011_0037.JPG Puggy_Wardin_2011_0033.JPG Puggy_Wardin_2011_0028.JPG Puggy_Wardin_2011_0027.JPG Puggy_Wardin_2011_0018.JPG Wardin_Rock_2011_Tix.JPG Puggy_Wardin_2011_0003.JPG

La palme inverse est décernée le lendemain samedi à la tête d'affiche : STROMAE. Certes, nous n'avons aucun point commun ni aucune affinité musicale lui et moi - il en faut pour tous les goûts, et surtout pour ceux qui en ont. Mais le fait que ce grand échalas joue sa star m'horripile particulièrement : pas de photos backstage de Monsieur, uniquement des clichés frontstage de l'Artiste et durant les trois premiers morceaux seulement, etc. Non merci, pas ici Manneke, t'es à Wardin, fieu, pas Place des Palais ni chez Nagui. Les forces de l'ordre déployées en nombre front et backstage ne sont sans doute pas non plus sans rapport avec des menaces qui lui auraient été proférées...

Stromae_Wardin_2011_0047.JPG Stromae_Wardin_2011_0017.JPG Stromae_Wardin_2011_0013.JPG
Stromae_Wardin_2011_0041.JPG
Stromae_Wardin_2011_0034.JPG Stromae_Wardin_2011_0023.JPG Stromae_Wardin_2011_0039.JPG Stromae_Wardin_2011_0035.JPG

Stromae_Wardin_2011_0001.JPG
Il n'en demeure pas moins que l'hystérie collective qu'il déclenche semble amplement méritée - pour les organisateurs qui ont tiré ici le gros lot. Le succès du Bruxellois lui monte sans doute à la tête, et ce n'est pas le public chaud-boulette de ce soir qui va le faire changer d'avis. Qu'il en profite surtout, tant que que son heure de gloire lui sourit. Car, forcément, ce n'est pas avec sa production et sa prestation qu'il restera dans mes an(n)ales personnellement r'n'r - ceci pour clôturer scatologiquement ce billet comme il a commencé au camping. Quelle sera la programmation 2012 ? Un peu plus sale et moins policée ne serait pas pour me déplaire, mais ne boudons pas le plaisir d'une superbe réussite 2011 que revoici en un dernier petit tour d'horizon en photos :

Stromae_Wardin_2011_0034.JPG Fatals_Picards_2011_0080.JPG Cedric_Gervy_Wardin_0003.JPG Bikinians_Wardin_11_0082.JPG Bikinians_Wardin_11_0045.JPG Bikinians_Wardin_11_0013.JPG Bikinians_Wardin_11_0009.JPG Bikinians_Wardin_11_0015.JPG

vendredi 26 août 2011

Festival Cabaret Vert (feat. IGGY POP, HATEBREED,...) - 26 août 2011 - Charleville-Mézières

Cabaret_Vert_2011_Tix.JPG
Disons-le d'emblée de jeu et même d'entrée tout court : le set d'IGGY POP & The STOOGES dans les Ardennes Françaises ne me transcende pas outre mesure ce soir. Me déçoit même un peu, avoue-je. Une set-list assez mièvre - du moins au regard des pépites qui constituent son patrimoine (bientôt reconnu par l'UNESCO) - un light show peu éloquent et ne mettant guère en valeur le monstre présent sur scène en contre-jour permanent ; septante minutes seulement de show ni plus ni moins, respectant cependant à la minute près (!) le timing-horaire précis du festival.

Iggy_Pop_08-2011_0035.JPG
En conclusion, un Iguane moyennement fidèle à lui-même. Et qui nous gratifie d'une provocante grimace au moment de quitter les feux de la rampe, comme pour me narguer davantage encore, tirant la langue à un public qui semble pourtant majoritairement ravi et conquis. Iggy pas vraiment fidèle à lui-même d'un côté, mais parfaitement Iguane de l'autre.

Iggy_Pop_08-2011_0046.JPG Iggy_Pop_08-2011_0057.JPG Iggy_Pop_08-2011_0053.JPG Iggy_Pop_08-2011_0043.JPG Iggy_Pop_08-2011_0039.JPG Iggy_Pop_08-2011_0038.JPG Iggy_Pop_08-2011_0030.JPG Iggy_Pop_08-2011_0027.JPG Iggy_Pop_08-2011_0015.JPG

Le show de ce soir est de loin le moins explosif, le moins transcendant de mes précédentes expériences Iggy Popiennes. Sans doute l'impression est-elle différente pour celles & ceux qui découvrent ce soir pour la toute première fois la Bête. Boitillant et claudiquant, Iggy quitte la scène après s'être pourtant tortillé et déhanché une bonne heure durant. S'est-il déboîté une hanche (vraie ou fausse) durant son set ? A moins que cette douleur ne soit déjà présente d'emblée de jeu (ou d'entrée tout court), ce qui pourrait - partiellement - expliquer cette prestation toute moyenne. Sacré Iggy, va : tu n'as plus mon âge, et moi pas encore le tien : n'oublie donc pas de me le rappeler le moment venu que toi au moins tu es arrivé à passer le cap des 60 berges...

Iggy_Pop_08-2011_0023.JPG Iggy_Pop_08-2011_0021.JPG Iggy_Pop_08-2011_0017.JPG

L'éco & territoire Festival Cabaret Vert, ce sont 50.000 personnes en trois jours à l'entrée, et 49.999 à la sortie : c'est pas le Pukkelpop, mais la série noire et meurtrière des festivals d'août 2011 semble continuer. Si la seconde grosse pointure de ce vendredi est pour moi HATEBREED - ou plutôt la première, dans l'ordre de passage voulu par la programmation - l'effet dévastateur attendu est bien, très bien présent. Une sono monstrueusement forte mais pure comme il n'est Dieu pas possible (... et de loin supérieure à celle d'Iggy...), quelques mosh par-ci par-là pour égayer le gentil peuple qui a fait le déplacement sur la plaine Bayard, et un set destructif et destructeur à la hauteur de ces sales gamins new-yorkais qu'ils sont.

Hatebreed_08-2011_0008.JPG Hatebreed_08-2011_0083.JPG Hatebreed_08-2011_0080.JPG Hatebreed_08-2011_0077.JPG Hatebreed_08-2011_0069.JPG Hatebreed_08-2011_0068.JPG Hatebreed_08-2011_0061.JPG Hatebreed_08-2011_0057.JPG Hatebreed_08-2011_0055.JPG Hatebreed_08-2011_0043.JPG Hatebreed_08-2011_0037.JPG Hatebreed_08-2011_0036.JPG Hatebreed_08-2011_0034.JPG Hatebreed_08-2011_0027.JPG Hatebreed_08-2011_0015.JPG Hatebreed_08-2011_0011.JPG
HATEBREED, c'est 100% maximum volume pour 100% maximum power. Pas de fioriture, pas de compromis ni de compromissions pour un max de destruction. Pas de garniture ni de cerise sur le gâteau. Pas de gâteau non plus : seulement un pain. Mais un pain de dynamite et de TNT hardcore.

Hatebreed_08-2011_0062.JPG
Hatebreed_08-2011_0099.JPG Hatebreed_08-2011_0091.JPG Hatebreed_08-2011_0090.JPG Hatebreed_08-2011_0089.JPG

Mais le Festival Cabaret Vert, ce n'est pas qu'Iggy et Hatebreed cette année qui trônent pourtant en tête de l'affiche. Ce sont également ce vendredi quelques autres rockers (?!) qui occupent les deux scènes en ce triste après-midi automnal d'août. Notamment This Is Not Hollywood, du rock français en anglais tout ce qu'il y a de plus rock français en anglais, et The WOMBATS : un trio mainstream en direct de Liverpool qui tente de faire tantôt son méchant Oasis, tantôt son gentil Greenday. De la pop accrocheuse aux accents de dancefloor pour jeunes adolescentes pré-pubères. Les autralopithèques - pardon: australo-américains - de The DEATH SET nous pondent quant à eux un cocasse mixte entre les Beastie Boys et Cheaptrick dans un joyeuse cacophonie / euphorie. Passons rapidement sur The DO qui ne nous offrent qu'une bonne chose : l'occasion d'aller casser la croûte en attendant Iggy que nous fait péniblement patienter ATARI TEENAGE RIOT : l'adolescence creuse dans toute son horreur électro et (soit disant) punk. Bassland.

Cabaret_Vert_2011_Affiche.JPG
Bref, une programmation bien trop éclectique pour combler le rocker moyen qui sommeil en chacun de nous. HATEBREED a allumé un feu en fin d'après-midi que, somme toute, bien peu ont été en mesure d'entretenir par la suite. Merci, les New-Yorkais pour cette salutaire claque ! Sûr que Suicidal Tendencies et The Bellrays prendront la relève demain (malheureusement sans moi...). Et merci aux organisateurs de ce Cabaret Vert Eco Festival Rock & Territoire pour cette initiative se rapprochant à cet égard en bien des aspects du Sziget Festival - à l'échelle 1/100 bien entendu. Reste que le caractère par trop hétéroclite de cette programmation - son point fort - risque bien d'être un jour son véritable point faible : on meurt toujours par où on a péché...

ThisIsNotHollywood_0011.JPG The_Wombats_2011_0058.JPG The_Wombats_2011_0049.JPG The_Wombats_2011_0042.JPG The_Wombats_2011_0036.JPG The_Wombats_2011_0035.JPG The_Wombats_2011_0027.JPG The_Wombats_2011_0018.JPG The_Wombats_2011_0003.JPG The_Do_08-2011_0001.JPG The_Death_Set_2011_0013.JPG The_Death_Set_2011_0009.JPG

samedi 13 août 2011

ATOMIQUE DELUXE - Havelange - 13 août 2011

Wead_Affiche_Havelange_13.08.2011.jpg
Le set d'ATOMIQUE DELUXE était trop puissant hier soir - ou plutôt cette nuit - que pour ne pas y donner l'immédiate suite qui s'impose. M'apprenant dans la conversation à Sélange qu'ils jouaient quelques heures plus tard à Havelange, ni une ni deux : en voiture, Simone, il y a quelque chose là-bas qui mitonne - it's a long way to the top if you wanna rock'n'roll ! Le Week-End d'Août Dingue (initiales du WEAD Festival) propose une affiche alléchante, mais est-ce un péché d'avouer que seul ATOMIQUE DELUXE monopolise mon agenda et dicte mon timing pour ce rapide aller-retour ? Intensities in tens cities...

Atomic_Deluxe_2011_0008.JPG Atomic_Deluxe_2011_0002.JPG Atomic_Deluxe_2011_0005.JPG Atomic_Deluxe_2011_0050.JPG Atomic_Deluxe_2011_0044.JPG Atomic_Deluxe_2011_0022.JPG Atomic_Deluxe_2011_0011.JPG Atomic_Deluxe_2011_0051.JPG Atomic_Deluxe_2011_0064.JPG Atomic_Deluxe_2011_0073.JPG Atomic_Deluxe_2011_0075.JPG Atomic_Deluxe_2011_0082.JPG Atomic_Deluxe_2011_0090.JPG Atomic_Deluxe_2011_0098.JPG Atomic_Deluxe_2011_0101.JPG Atomic_Deluxe_2011_0103.JPG Atomic_Deluxe_2011_0173.JPG Atomic_Deluxe_2011_0161.JPG

Une sono nettement moins couillue qu'hier soir, un set quelque peu plus court, mais toujours autant de problèmes techniques (entendez : des pannes de canettes...;-) : ATOMIQUE DELUXE nous repasse à l'heure de la tarte les plats encore tout chauds de cette nuit. C'est vrai que basés à Liège et donc presqu'ici dans leur jardin, Atomique Deluxe est exactement le groupe belge qui peut prendre (et donner) son pied malgré la pluie qui tombe comme vache (espagnole) qui pisse - normal, pour un chanteur originaire de Bretagne, un guitariste sud-américain et une section rythmique italo-belge, isn't it ? Merci de m'avoir invité sur scène au milieu de vous pour immortaliser ce moment magique, les gars!

Atomic_Deluxe_2011_0108.JPG Atomic_Deluxe_2011_0110.JPG Atomic_Deluxe_2011_0114.JPG Atomic_Deluxe_2011_0116.JPG Atomic_Deluxe_2011_0122.JPG Atomic_Deluxe_2011_0125.JPG Atomic_Deluxe_2011_0129.JPG Atomic_Deluxe_2011_0131.JPG Atomic_Deluxe_2011_0132.JPG Atomic_Deluxe_2011_0135.JPG Atomic_Deluxe_2011_0144.JPG Atomic_Deluxe_2011_0146.JPG Atomic_Deluxe_2011_0152.JPG Atomic_Deluxe_2011_0160.JPG Atomic_Deluxe_2011_0162.JPG

Des paroles qui ne parlent pas pour ne rien dire, des riffs et des mélodies qui ne sont pas sans faire frémir, le tout produisant une explosive alchimie qui n'est pas sans délire - des relents de TELEPHONE, de TRUST ou de NOIR DESIR : ATOMIQUE DELUXE reste franchement la meilleure production belge francophone depuis des lustres. Et les lustres, il sont polis, depuis le temps. Eux...

Atomic_Deluxe_2011_0161.JPG

vendredi 12 août 2011

ATOMIQUE DELUXE - Sélange - 12 août 2011

Donkey_Festival_2011_ticket.JPG

Il est bien loin le temps où les "petits" festivals ne disposaient que d'une sono conçue pour un mange-disque et du matos de kermesse ou de foire au(x) boudin(s) : chapeau, les organisateurs, pour avoir concocté ce qui est ma foi un bien beau "petit" festival, monté comme un âne. Dans le Sud, on sait bien vivre et surtout bien s'amuser, et le Donkey Festival en est encore un parfait exemple. Avec notamment pour preuve la "seconde" (?) scène, qui porte à merveille son nom : la Stage Bar. Un plateau de 4m² en équilibre instable sur une pile de futs et que sais-je encore, entre... les deux pompes à bières du bar. PETULA CLARK s'y produit en interlude, entre deux sets de la scène principale. Déjantés, les deux gaillards : une guitare, une batterie, de la déconne qui allie fulgurance punk et explosivité noisy, chants venus des entrailles et délires onomatopéiques totalement à l'arrache comme le précise le programme. Une fessée musicale pour les piliers de comptoir du festival et les barmen & serveurs, oufti ! Exit CONTROL qui reprend du Joy Division (ouaips...), BACON CARAVAN CREEK (sur les dignes traces d'Anathema ma foi, bien léché) et les tributes de CRIBLESS : la scène appartient ce soir à ATOMIQUE DELUXE !

Petula_Clarck_2011_0007.JPG Petula_Clarck_2011_0008.JPG Control_Donkey_2011_0012.JPG

Ce weekend de festival sélangeois débute en fanfare ce vendredi avec du vrai rock en français comme on en attend depuis des années en Belgique. Des paroles à la hauteur des riffs et un gimmick digne de ce nom : ce que la Belgique francophone a enfanté de meilleur depuis des lustres en matière de rock, c'est certain. Ce premier concert dans le sud du pays pour ATOMIQUE DELUXE est une claque cinglante, l'humour et l'attitude en plus, des compos consistantes enlevées par une sono implacable et parfaite. Z'iront loin, ces p'tits gars, s'ils continuent sur leur lancée.

Atomic_Donkey_2011_0030.JPG Atomic_Donkey_2011_0034.JPG Atomic_Donkey_2011_0039.JPG Atomic_Donkey_2011_0054.JPG Atomic_Donkey_2011_0059.JPG Atomic_Donkey_2011_0083.JPG Atomic_Donkey_2011_0092.JPG Atomic_Donkey_2011_0099.JPG Atomic_Donkey_2011_0120.JPG Atomic_Donkey_2011_0124.JPG Atomic_Donkey_2011_0186.JPG Atomic_Donkey_2011_0081.JPG

Le final est dantesque et à l'arrache avec une violente reprise d'I Wanna Be Your Dog appuyée par une sonorisation parfaitement puissante et puissamment parfaite. Et en guise de cerise sur le gâteau - surprise générale pour nos quatre gusses également - six gentes demoiselles qui déboulent sur scène, mannequins & hôtesses habillées (déguisées ?) par la designer Mel'Usine. Tout ce petit monde s'explose live on stage dans un parfait délire virant au souk dans une joyeuse chorégraphie improvisée entre basse, guitares et batterie. L'Iguane apporte l'hypnotique final touch totalement surréaliste et déjantée au set d'ATOMIQUE DELUXE pour un grand, grand, très grand final qui restera dans les annales sélangeoises, for sure...

Atomic_Donkey_2011_0138.JPG Atomic_Donkey_2011_0142.JPG Atomic_Donkey_2011_0147.JPG Atomic_Donkey_2011_0148.JPG Atomic_Donkey_2011_0152.JPG Atomic_Donkey_2011_0159.JPG Atomic_Donkey_2011_0174.JPG Atomic_Donkey_2011_0182.JPG Atomic_Donkey_2011_0164.JPG Atomic_Donkey_2011_0189.JPG Bacon_Caravan_Creek_0012.JPG Atomic_Donkey_2011_0206.JPG
Atomic_Donkey_2011_0177.JPG Atomic_Donkey_2011_0113.JPG Atomic_Donkey_2011_0209.JPG

dimanche 7 août 2011

Festival Blues de GOUVY - 07 août 2011

Gouvy_2011_tix.JPG
Tiens, pour la première fois - sauf erreur de ma part - la mention "rock" figure aux côtés de l'intitulé "blues" au programme de la journée du dimanche qui lui est traditionnellement dévolue. Si l'affiche mentionne immuablement "Festival Jazz et Blues de Gouvy", le programme semble donc quant à lui sacrément coller au tsunami électrique qui déferle sur la Ferme Madelonne et dans son parc. Gouvy, c'est une découverte à chaque édition qui s'apprécie comme elle se vit. La Madelonne, c'est comme si c'était chaque année la première fois: jouissif au possible, avec le plaisir nouveau concomitant au dépucelage.

Chico_Mojo__2011_0003.JPG
Du blues puissant avec des noms confirmés et des groupes géants offerts à la découverte : cette édition 2011 est encore une fois un des meilleurs plats de résistance pour oreilles besogneuses, comme le dit le Claudy. Et où l'ordre de passage des groupes n'est pas fonction de leur notoriété mais bien de l'heure d'arrivée de leur avion ! Après avoir raté le premier show de l'après-midi, focus sur le reste. Et en l'occurrence un bien chaleureux CHICO & THE MOJO BLUES BAND qui se démène dans un club déjà bien chaud-boulette.

Chico_Mojo__2011_0001.JPG Chico_Mojo__2011_0002.JPG Chico_Mojo__2011_0004.JPG

Mais ce Chico est finalement bien soft quand on voit (et entend) ce qui suit dans le chapiteau. La comparaison est en effet difficile à soutenir avec ce qui se produit sur la grande scène : BLUES CARAVAN ("3 girls with guitar"). Trois sales gamines US qui en mettent plein la vue et plein les oreilles, et si la sono était un tantinet plus virile, le show en serait plus couillu encore. Trois superbes voix agrémentées de gambettes tout aussi minouches que le reste, nous déversant un blues davantage pub-rock de derrière les fagots. Didjap, elles savent y faire, outre-Atlantique, les gonzesses !

Blues_Caravan_2011_0004.JPG Blues_Caravan_2011_0002.JPG Blues_Caravan_2011_0005.JPG Blues_Caravan_2011_0014.JPG Blues_Caravan_2011_0019.JPG Blues_Caravan_2011_0001.JPG Blues_Caravan_2011_0035.JPG Blues_Caravan_2011_0036.JPG Blues_Caravan_2011_0037.JPG Blues_Caravan_2011_0015.JPG Blues_Caravan_2011_0016.JPG Blues_Caravan_2011_0027.JPG Blues_Caravan_2011_0028.JPG Blues_Caravan_2011_0029.JPG Blues_Caravan_2011_0040.JPG Blues_Caravan_2011_0031.JPG

Blues_Caravan_2011_0039.JPG
Un morceau dédicacé aux femmes de l'assemblée qui se tapent un connard, un autre dédié aux mecs qui en ont, et ainsi de suite: ces chiennes de ma chienne ont du chien, et elles savent aboyer, les petites garces ! Ca joue comme des mecs, ça se prend pour des mecs - avec le physique en plus - mais avec un jeu de gratte plus propret et un peu trop léché parfois. Bref, elles ne sont pas assez sales, ces Ricaines, et c'est le seul bémol - qu'elles compensent largement, tigresses qu'elles sont, avec des attributs qu'elles ont ailleurs que dans le froc..

Blues_Caravan_2011_0031.JPG
Blues_Caravan_2011_0018.JPG Blues_Caravan_2011_0011.JPG Blues_Caravan_2011_0021.JPG Blues_Caravan_2011_0022.JPG Blues_Caravan_2011_0023.JPG Blues_Caravan_2011_0024.JPG Blues_Caravan_2011_0025.JPG Blues_Caravan_2011_0026.JPG Blues_Caravan_2011_0030.JPG Blues_Caravan_2011_0009.JPG Blues_Caravan_2011_0032.JPG Blues_Caravan_2011_0017.JPG Blues_Caravan_2011_0033.JPG Blues_Caravan_2011_0034.JPG Blues_Caravan_2011_0038.JPG Blues_Caravan_2011_0003.JPG Blues_Caravan_2011_0043.JPG Blues_Caravan_2011_0020.JPG Blues_Caravan_2011_0041.JPG Blues_Caravan_2011_0042.JPG Gouvy_2011_tix.JPG

Un grand moment, ce Blues Caravan, un grand moment et une bien belle découverte 2011. On en oublierait même l'Arnold Schwarzy qui est à la batterie ! Marre de toutes ces photos de mecs ? Marre de tous ces clichés mâles ? Allez, zoom sur les gambettes, focus sur ces Claudettes et olé les minettes !

Blues_Caravan_2011_0010.JPG Blues_Caravan_2011_0011.JPG Blues_Caravan_2011_0012.JPG Blues_Caravan_2011_0013.JPG Blues_Caravan_2011_0006.JPG Blues_Caravan_2011_0007.JPG Blues_Caravan_2011_0008.JPG Blues_Caravan_2011_0039.JPG Gouvy_2011_tix.JPG

SHERMAN ROBERTSON BLUS QUARTET: sympa, l'Amerloche, mais qui a le rôle ingrat de succéder à la tornade déclenchée par les trois nymphettes et de précéder l'ouragan qu'y va s'abattre en fin de soirée avec le fils de l'autre sur cette même scène. Pas facile de soutenir la comparaison ou plutôt le rythme, mais il s'y attèle le Sherman - volontaire comme le char du même nom.

Sherman_Robertson_2011.JPG
Auparavant, le club résonne encore de CHRISTOPHE MARQUILLY BLUES TRIO (trop slide, too soft... malgré ses références graisseuses) avant que LIGHTNIN' GUY & THE MIGHTY GATORS n'enflamme la grange.

Lightnin_Guy_2011_0002.JPG Lightnin_Guy_2011_0003.JPG Lightnin_Guy_2011_0004.JPG Lightnin_Guy_2011_0005.JPG Lightnin_Guy_2011_0007.JPG Lightnin_Guy_2011_0008.JPG Lightnin_Guy_2011_0009.JPG Lightnin_Guy_2011_0010.JPG Lightnin_Guy_2011_0011.JPG

Sympas, ses messages belgicains et unionistes, ses L'union Fait la Force et autres appels à la raison lancés aux politiques, mais comme dirait l'autre: S'il jouait un peu plus et causait moins, ce serait encore plus cool.

Lightnin_Guy_2011_0006.JPG
Mais la claque de la journée, ou plutôt de la soirée, est sans conteste BERNARD ALLISON BLUES SEXTET. Avec un nom pareil, on s'attendrait à un soporifique jazz band tout droit issu de la Nouvelle Orléans, mais non: c'est plutôt le diable en personne qui déboule sur scène pour un violent exorcisme. Le fils de son père n'a pas plus de prénom à se faire que de nom: Allison senior peut reposer en paix.

BernardAllison_2011_0001.JPG BernardAllison_2011_0003.JPG BernardAllison_2011_0004.JPG BernardAllison_2011_0006.JPG BernardAllison_2011_0007.JPG BernardAllison_2011_0008.JPG BernardAllison_2011_0010.JPG BernardAllison_2011_0011.JPG BernardAllison_2011_0013.JPG
BernardAllison_2011_0005.JPG
L'époustouflant hommage qu'il rend d'ailleurs à feu son père est THE grand moment de cette soirée: puissant comme du Johnny Winter, décoiffant comme du Stevie Ray Vaughan et décapant comme du hip-hop ou du funky qui teinte son blues-rock de là-bas. Combien de temps a-t-il joué? Des heures, dirons-nous, et il fait durer son plaisir rien que pour le nôtre...

BernardAllison_2011_0014.JPG BernardAllison_2011_0015.JPG BernardAllison_2011_0012.JPG
BernardAllison_2011_0009.JPG
Si chaque guitariste s'en part se balader dans le public avec sa gratte, c'est que ça fait dorénavant partie du Madelonne touch. Mais tout cela serait encore plus touchy si tes concerts, Claudy, ne se chevauchaient pas: pas facile d'être au four et au moulin quand il y a du bon pain à gauche et du bon grain à droite, mildju ! N'empêche, vous en connaissez beaucoup, vous, de ces festivals de blues où ça résonne AC-DC, Black Sabbath et Deep Purple...? A Gouvy, oui !

♠ ... ATTENTION - ♥ - WARNING - ♠ ATTENTION ... ♥


Before reaching the next (previous ?!) pages, don't forget pix & reviews of Intensities in 10s Cities - Chap. 2: From 2011 to the Present Years are online @ www.intensities-in-10s-cities.eu

♠ ♥ ♠ ♥ ♠ ♥ ♠ ♥ ♠ ♥ ♠ ♥ ♠ ♥ ♠ ♥ ♠ ♥ ♠ ♥ ♠ ♥ ♠ ♥ ♠ ♥ ♠ ♥ ♠ ♥ ♠ ♥ ♠ ♥ ♠ ♥ ♠ ♥ ♠ ♥ ♠ ♥ ♠ ♥ ♠ ♥ ♠ ♥ ♠ ♥ ♠ ♥ ♠ ♥

Avant de passer aux billets suivants (précédents ?!), n'oubliez pas que Intensities in 10s Cities - Chap. 2: Années 2011 et suivantes est consultable sur le site jumeau de celui-ci @ www.intensities-in-10s-cities.eu

- page 1 de 41